Nouvel usage

C’est un appareil technologique qui apporte un nouvel usage ou une nouvelle expérience qui n’existait pas auparavant.

1er prix
 

Points clefs

  • Un seul appareil mobile qui s’adapte à toutes les situations.
  • Un appareil mais des tailles d’écran et des périphériques adaptés à la situation.
  • Une expérience unique quel que soit l’écran.

HP Elite x3

Les écrans de toutes tailles se sont multipliés ses dernières années et il n'est pas rare d'en avoir trois, tous personnels : le smartphone, la tablette et l'ordinateur. Chacun ayant un rôle bien défini, Il est souvent difficile de partager les données ou de poursuivre l'expérience d'un écran à un autre. HP vient de créer l'appareil unique sous la forme d'un grand smartphone qui peut se muer en ordinateur portable et même résidentiel. Le x3 est donc un smartphone doté d'un grand écran de 6 pouces. Il est surpuissant et intègre notamment le dernier processeur Qualcomm le plus performant. Comme il s'agit d'un produit professionnel, le x3 est également très résistant et sécurisé. Il fonctionne sous Windows 10 Mobile ce qui est la condition nécessaire à la versatilité. Le x3 se connecte sans fil au Mobile Extender, un ordinateur ultra-portable d'un nouveau genre. Il s'agit en substance d'un écran de 13 pouces, d'un clavier et d'une batterie, le tout ne pesant qu'un kilo. Ainsi, le x3 se mue en notebook en utilisant ses composants mais en déportant l'écran avec une autonomie qui dépasse alors les 18 heures. Grâce au mode Continiuum de Windows, le passage du mode smartphone au mode notebook se fait automatiquement en basculant de l'univers tactile au bureau classique qui se pilote au clavier et au pavé tactile. Arrivé à la maison, il suffit de connecter le x3 à sa station d'accueil qui est reliée à un moniteur, un clavier et une souris, le tout devenant alors un ordinateur de bureau.

Avis du jury

Un seul appareil mobile sous la forme d'un smartphone qui se transforme en notebook et en ordinateur de bureau selon les usages et le lieu, cela semble évident et bien plus logique que de multiplier les écrans. Surtout, cela permet d'avoir ses données toujours disponibles sur tous les écrans et aussi de faire cohabiter le travail avec le loisir. La solution x3 de HP est certes professionnelle mais elle satisfait également à tous les besoins personnels. Les performances du x3 sont suffisantes pour assurer de bonnes performances quel que soit l'écran et pour toutes les applications multimédia comme de productivité. En configuration de bureau avec un moniteur, un clavier et une souris, il n'y a guère de différence avec un PC résidentiel. Le notebook sera plus réactif en connectant le x3 en USB, le clavier est confortable et l'écran de bonne qualité. Le tableau semble donc idyllique si ce n'est l'utilisation d'un Windows évident sur l'ordinateur mais bien moins sur le smartphone dominé par iOS et Android. De plus pour que l'expérience dans une application soit réellement transparente entre l'usage smartphone, notebook et ordinateur de bureau, il faut qu'elle soit développée pour. Ces applications universelles sont encore rares et il faut convaincre les éditeurs sur la partie smartphone alors que le marché se partage surtout entre iOS et Android. HP a d'ailleurs anticipé le problème en créant l'environnement applicatif Workspace pour favoriser le développement d'applications universelles. Dès le lancement, Saleforces sera disponible et fourni avec le x3.
2ème prix

Ninebot mini pro

 
Cet engin urbain électrique fait partie des nouvelles tendances de la mobilité. Sur le même principe que les fameux Segway (marque rachetée par Ninebot), il est doté d’une stabilisation gyroscopique qui le rend très stable et donc facile à utiliser. Le Mini se conduit avec les mouvements du corps, en se penchant un peu en avant pour avancer, ou en arrière pour freiner et reculer. Une barre placée entre les genoux permet de tourner à droite ou à gauche. L’engin se charge sur prise de courant classique en quatre heures, l’autonomie est de 30 kilomètres et la vitesse maximale est de 18 km/h. Enfin son poids de 13 kg permet de le soulever facilement. Une application sur smartphone permet de connaitre tous les paramètres du Mini Pro.

Avis du jury

Cet engin électrique est très facile à utiliser, la prise en main ne prend que quelques minutes, la stabilisation automatique est très efficace et la chute est donc peu probable. Les pneus tubeless amortissent toutes les aspérités sur le trottoir quand on se déplace, on peut monter ou descendre en toute sécurité et les virages se prennent aisément en fléchissant les genoux, un peu comme lorsque l’on fait du ski. S’il ressemble beaucoup à un smartboard, l’utilisation est très différente. L’apprentissage est bien plus facile sur le Mini Pro, les déplacements sont plus précis et surtout la stabilité est bien meilleure. Le smartboard est dangereux et les chutes sont fréquentes, avec parfois des conséquences graves comme une fracture. Le Mini Pro est bien plus sûr et il faut vraiment le faire exprès pour tomber. Attention cependant à l’excès de confiance, car on prend vite de la vitesse ! L’autonomie de 30 kilomètres est amplement suffisante. Le Mini s’utilise aussi quand il pleut car il est étanche et des ampoules LED situées à l’avant s’allument automatiquement quand la lumière baisse. A l’arrière, il y a aussi des lumières de différentes couleurs, pour indiquer quand on tourne, comme des clignotants, ou des feux qui passent au rouge quand on freine. Enfin, il est connecté à une application sur le smartphone pour contrôler le niveau de batterie, changer les couleurs de l’éclairage ou même verrouiller l’engin pour ne pas se le faire voler. Le Mini est l’engin idéal pour les déplacements urbains en toute sérénité.

Points clefs

  • La stabilisation gyroscopique
  • Prise en main facile et rapide
  • La connexion avec le smartphone
  • L’éclairage ludique et efficace
3ème prix

Duo Plus

 
S’il existe de nombreux modèles de smartphones sous Android proposant deux cartes SIM, cette fonctionnalité bien pratique qui permet d’avoir deux numéros sur un seul appareil est totalement absente de l’univers Apple. C’est ce manque que le Duo Plus propose de combler. Ce petit appareil à peine plus épais qu’une carte de crédit se recharge par USB et permet d’accueillir une carte SIM pour en profiter sur son iPhone auquel il est relié en Bluetooth. Une application permet d’accéder à cette carte deuxième carte SIM pour passer des appels ou envoyer des SMS.

Avis du jury

Ce petit accessoire est une très bonne nouvelle pour les utilisateurs d’iPhone qui sont obligés d’avoir deux téléphones pour des raisons professionnelles. Il va aussi se révéler très pratique lors de séjours à l’étranger puisqu’il devient désormais possible d’acheter une carte SIM locale pour profiter d’appels ou de data à moindre coût, tout en conservant son numéro habituel pour la réception d’appels ou de SMS. A noter enfin que le Duo Plus fonctionne aussi sur les appareils iOS tel que les iPad ou les iPod Touch pour la data et la connexion Internet !

Points clefs

  • Deux cartes Sim sur un seul iPhone
  • Pratique à utiliser en Bluetooth
  • Un design discret
nommé

360Fly

 
Cette caméra 360 degrés se distingue par une technologie inédite qui présente de multiples avantages. En effet, la 360Fly n’utilise qu’un capteur et qu’un objectif. Cela réduit les coûts mais permet aussi de réaliser le film en direct sans aucun artéfact ou assemblage. Du coup, la caméra se présente sous la forme d’une boule compacte au sommet de laquelle trône la lentille. La fixation se fait par le dessous et le système est pratique et solide. Il est d’ailleurs compatible avec le support GoPro ce qui facilite l’installation sur un casque de ski déjà équipé, par exemple. C’est d’ailleurs l’endroit idéal pour permettre une vue dégagée à 360°. Tenu devant soi par une perche, le résultat est assez spectaculaire aussi, celui qui filme étant visible à l’arrière et il donne ainsi un repère à l’environnement. Affichant une autonomie confortable de deux heures au minimum, la caméra se recharge en USB par un socle magnétique très pratique. Pas d’extension mémoire possible, la 360Fly intègre 20 Go ce qui est déjà assez conséquent. Il est possible de filmer en commandant la caméra par l’unique bouton mais c’est par l’application que le pilotage est le plus ergonomique. Déjà, on dispose d’un retour d’image en plein écran et on pourra visionner immédiatement ce qui a été filmé. La connexion se fait en Bluetooth et en WiFi ce qui permet une transmission rapide et même une copie directe vers la mémoire du smartphone. Sur l’ordinateur, il faut utiliser le lecteur Web ou le logiciel qui permet aussi le montage, une première. A signaler que les films sont compatibles avec YouTube 360.

Avis du jury

Les caméras qui filment à 360 degrés commencent à se multiplier mais rares sont celles qui proposent une bonne qualité et un usage simple. La 360Fly répond à ces critères et va même au-delà. Si la forme en boule surprend au début, c’est aussi elle qui garantit une utilisation simple. En plaçant la caméra judicieusement, le résultat est spectaculaire. La qualité est également très bonne mais la résolution juste HD limite l’agrandissement avec un résultat bien meilleur sur smartphone que sur ordinateur. Une version 4K est en cours de développement et devrait sortir dans l’année. Sur le smartphone, on peut se déplacer dans l’image en tournant avec le smartphone et il est même possible d’utiliser un casque de réalité virtuelle. Voir là où on regarde constitue une expérience étonnante la première fois, avec notamment la possibilité de regarder derrière soi. Sinon, on peut également déplacer la vue du bout des doigts en tactile. Pour les sports d’action et tout ce qui est en mouvement, le résultat est spectaculaire et relègue au rang d’antiquité une caméra d’action. La 360Fly permet même de réinventer la vidéo. Il suffit de la placer sur un support au milieu de l’action, par exemple lors d‘un spectacle. Tout est possible, il suffit d’imaginer un scénario. Le montage sur ordinateur est encore un peu fastidieux mais c’est une possibilité d’autant plus essentielle qu’il y a forcément du déchet dans toute vidéo d’action. Simple, pratique et de qualité, cette caméra donne un tout nouveau visage à la vidéo.

Points clefs

  • Filmer à 360° sans contraintes
  • Utilisation simple et bien pensée
  • Résultat spectaculaire et nouvelle manière de filmer
nommé

ProDrone Byrd

 
Avec des dizaines de modèles de drones encore lancées cette année sur le marché grand public, ProDrone tire son épingle du jeu en proposant le Byrd, un quadricoptère dont la particularité est d’être pliable. Une fois le module de la caméra détaché, puis ses quatre bras et ses deux pieds rabattus le long et sous son corps, sa taille est proche de celle d’un iPad (16,9 cm en largeur pour 24 cm de long) en un peu plus épais. Modulable dans son fonctionnement, le Byrd l’est aussi dans sa commercialisation. Il est en effet proposé en trois modèles : Standard, Advanced et Premium. La version Standard embarque une caméra 1080p avec une autonomie de 23 minutes pour une portée de 500 mètres. 29 minutes et 2 kilomètres pour les versions Advanced et Premium qui se différencient par leur système de prise de vue. Si l’acheteur choisit la version Advanced, il aura le choix entre plusieurs nacelles pour accueillir une GoPro, un appareil photo hybride, ou même un reflex. Car en plus de son poids (1,8 kg), ce drone est en effet capable d’emporter jusqu’à deux kilos d’équipement supplémentaire. La version Premium est, elle, équipée d’une caméra intégrée, 4K ou infrarouge. Ces deux dernières versions offrent également une fonctionnalité intéressante. Follow-mei permet au Byrd de suivre automatiquement le pilote grâce à la position de sa télécommande. Les prix s’échelonnent entre 1100 et 1900 euros en fonction des modèles.

Avis du jury

Quel plaisir de ne pas à avoir à prendre sa voiture dès que l’on a envie d’utiliser un drone! Le Byrd se plie et se déplie extrêmement facilement et peut être transporté dans un sac à dos. Les fonctions « décollage » et « retour au point de départ » en mode automatique seront appréciées par les pilotes débutants. Nous n’avons malheureusement pas pu tester le mode Follow Me qui semble, en tout cas sur le papier, une fonctionnalité extrêmement attrayante si l’utilisateur a envie de se filmer en plein exploit sportif, par exemple. L’idée d’une nacelle amovible pour pouvoir changer de matériel de prise de vue est plutôt bonne aussi, encore faut-il avoir suffisamment confiance en son pilotage et au système qui le retient. De ce côté-là, la nacelle GoPro que nous avons pu essayer manque de stabilité et nous semble un peu trop fragile. Très astucieux en revanche, la recharge deux en un qui permet de charger batterie et télécommande en même temps. Si les performances en vol du Byrd sont satisfaisantes et si le pilotage est aisé grâce à la télécommande dotée de manettes, le drone et son système de nacelle GoPro manquent de stabilité. La vidéo bouge beaucoup et il est très difficile de réussir un vol suffisamment stable pour un bon résultat, d’autre drones vidéo à ce prix font bien mieux de ce point de vue. Reste la modularité qui est une réelle innovation.

Points clefs

  • Bonne autonomie
  • Facilement pliable et dépliable
  • Véritable drone nomade
nommé

Roadeyes RecSmart

 
Les caméras embarquées pour voiture, communément appelées Dashcam, sont de plus en plus populaires. A chaque démarrage du véhicule, la vidéo des évènements routiers devant vous est automatiquement enregistrée sur la carte mémoire de 8 Go incluse. Les données de vitesse et de positionnement GPS sont associées. En cas d’accident, d’incident ou de litige, cette vidéo haute définition pourra servir à prouver votre innocence. La capacité de deux heures d’images (avec la carte micro-SD fournie) pourra être poussée à 32 heures avec une carte de 128Go, les vidéos les plus récentes remplaçant les plus anciennes. Contrairement à de nombreux modèles difficiles à ôter de leur base, celui-ci se place et s’enlève aisément grâce à son support magnétique. Mais l’originalité du RecSmart est ailleurs, c’est de se connecter en WiFi à votre smartphone et donc aux réseaux sociaux. Une télécommande fournie déclenche l’enregistrement de photos et de vidéos sur votre smartphone et propose ensuite, grâce à l’application gratuite IOS & Android de partager, ce contenu avec la communauté RoadEyes ou sur les réseaux sociaux.

Avis du jury

Vous traversez une région superbe. Vous êtes au cœur d’un phénomène météo. Vous êtes témoin d’un évènement routier. Un simple appui sur la petite télécommande fournie et vous stockez sur votre smartphone une photo et une vidéo de 10 secondes incluant les 5 secondes qui ont précédé votre appui ! Le partage communautaire est omniprésent dans notre vie, pourquoi ne pas diffuser la beauté naturelle d’un site ou son arrivée sur son lieu de vacances auprès de ses amis ? De taille compacte, très facile à positionner, offrant une très bonne qualité d’image et proposant un angle de 140°, cette Dashcam n’a pas à rougir face aux autres modèles du marché. Elle intègre une petite batterie, afin d’éventuellement réaliser de courtes prises de vues à l’extérieur du véhicule. Elle n’oublie pas la fonction essentielle d’enregistrement vidéo routier et des données de conduite propre à toute Dashcam. L’application permet d’afficher en temps réel la vidéo de la route et la position GPS du véhicule. Mais l’ajout d’une dimension communautaire plaira, à n’en pas douter, à ceux qui aiment partager les moments de leur existence avec leurs proches

Points clefs

  • Dashcam connectée aux réseaux sociaux
  • Enregistrement grand-angle en haute définition
  • Mise en place et retrait simplifié du support